On vire complètement bleuet au Vire-Crêpes

0

Transformer une ferme laitière ancestrale en bleuetière qui accueille les cueilleurs et les visiteurs gourmands…

C’est l’aventure dans laquelle se sont lancés Anne Ladouceur et son mari Alain Soulard en 1997. Aventure que Mme Ladouceur me raconte sur la magnifique terrasse surplombant les champs des Bleuets du Vire-Crêpes.

Le grand saut

Mme Ladouceur était en politique municipale à Lévis. Son mari, électromécanicien, vendait des tracteurs et faisait des déneigements. C’est presque par hasard qu’ils se retrouvent aujourd’hui propriétaires d’une bleuetière. «Tout a commencé avec l’achat du bâtiment à l’hiver 1997», raconte Mme Ladouceur. «On avait besoin d’espace pour entreposer la machinerie de déneigement. C’est quand la neige a commencé à fondre qu’on a vraiment vu la terre qu’on venait d’acheter. On s’est dit que ça n’avait pas d’allure de ne pas cultiver ça!»
Escapade-julie-CA-vire-crepes-3

Pourquoi le bleuet?

La ferme acquise par le couple est située dans un secteur où l’agriculture est reine. Souhaitant éviter de faire de la compétition directe à leurs nouveaux voisins, ils ont cherché une culture complémentaire à ce qui se faisait déjà dans le secteur. Avec l’aide d’un agronome qui les a conseillé en fonction du type de sol et de l’ensoleillement, le couple identifie sa future passion: le bleuet.

Petite bleuetière deviendra grande

De 1 200 plants de bleuets en 2 000, Les Bleuets du Vire-Crêpes compte aujourd’hui plus de 20 000 plants. «On s’était dit que quand on finirait le plus gros de la plantation, on s’en irait dans l’agrotourisme. C’est ce qu’on a fait!». D’abord, l’autocueillette, qui marche très bien. Puis, en 2012, M. Soulard et son père rénovent les bâtiments de la ferme ancestrale, en conservant le cachet du bâtiment patrimonial datant de 1793. L’intérieur est lumineux, aérien et décoré avec goût de façon épurée, en donnant la vedette au bois, au blanc et au bleu. D’un côté, le coin boutique garni de gourmandises et de cosmétiques aux bleuets. De l’autre côté, le Café du Vire-Crêpes, où l’on peut y bruncher ou simplement profiter d’une pause-café. Les places en terrasse offrent une vue sur les champs de bleuets qui, en août, se remplissent de cueilleurs.Escapade-julie-CA-vire-crepes-2

Le chemin de la fraîcheur

Dans un souci de rayonnement et d’entraide, Mme Ladouceur réunit huit de ses voisins agriculteurs du chemin Saint-Joseph pour fonder le Chemin de la fraîcheur. Une belle façon d’attirer les gourmands sur la rue qu’ils partagent, et qui changera bientôt de nom pour chemin Vire-Crêpes. «C’était le nom de la route avant qu’elle ne devienne le chemin Saint-Joseph en 1970», raconte Mme Ladouceur. «On a nommé notre bleuetière en mémoire de ce premier nom. Ça a été une belle surprise quand on a appris que la Ville a décidé de revenir à l’ancienne appellation en janvier 2015!»


À SAVOIR

Coordonnées: Bleuets du Vire-Crêpes, 975, chemin Vire-Crêpes, Saint-Nicolas, Qc, G7A 2A1. Tél. : 418 836-2955
Région: Chaudière-Appalaches
Établissement certifié: Terroir et Saveurs* du Québec


* Terroir et Saveurs est une marque déposée.

Partager.

À propos de l'auteur

Julie Aubé

Tout l'été, j’enchaîne les escapades pour le plaisir de voyager gourmandement au Québec. Les savoureux récits que je fais de mes visites, rencontres et découvertes mettront l'eau à la bouche tout au long de la Saison. Ne manquez pas de les suivre et de vous en inspirer pour vos escapades au Québec cet été!

Laisser un commentaire

(requis)

(requis) (ne sera pas publié)