Histoires et saveurs locales au menu à l’Auberge Marie Blanc

0

Installée en surplomb du majestueux lac Témiscouata, au Bas-Saint-Laurent, l’Auberge Marie Blanc charme au premier coup d’œil. Cet ancien pavillon de chasse de Témiscouata-sur-le-Lac, construit au début du siècle dernier, s’est transformé en auberge dans les années 1960. On peut y séjourner et s’y régaler d’une cuisine à saveur locale, installé dans la chaleureuse salle à manger ou en terrasse pour profiter de la vue. Il ne reste qu’à découvrir les histoires de l’auberge et à se laisser envoûter par le site, ses saveurs et son atmosphère unique.Auberge-marie-blanc-8

Une histoire de famille

C’est Guy Sirois et son frère Hector qui achètent et transforment, au début des années 1960, l’ancien pavillon de chasse baptisé le Gray Lodge en auberge. Le volet de la restauration s’ajoute dans les années 1980. C’est Guy Sirois qui est aux fourneaux, tandis que son épouse Jeannine Bard se spécialise dans l’accueil des visiteurs tout en mettant en valeur le côté patrimonial du bâtiment. Après avoir œuvré à l’auberge pendant 45 ans, Jeannine et Guy ont cédé les rênes à leurs filles Martine et Marie-France Sirois. Ces dernières affirment que toutes jeunes, en regardant leurs parents, elles ont vite compris le sens de l’expression « avoir le feu sacré ». Aujourd’hui, elles suivent leur exemple, comme s’enlignent pour le faire aussi des représentants de la troisième génération de Sirois qui s’impliquent à l’auberge-restaurant Marie Blanc.
Auberge-marie-blanc-4

Qui est Marie Blanc?

Si l’histoire de l’auberge commence avec la famille Bard-Sirois, où ont-ils donc été pêcher le nom de Marie Blanc? La question est excellente, et la réponse nous plonge au tout début du siècle dernier. Un riche avocat de New York, William D. Bishop, fait construire un magnifique pavillon de chasse sur le bord du lac Témiscouata, qu’il baptise le Gray Lodge. L’homme, marié avec deux enfants, n’y séjourne toutefois pas avec sa famille. Quand il y vient, il est accompagné d’une mystérieuse femme mulâtre, une Américaine née en Martinique, nommée Marie Melford Blanc Charlier. Comme il ne pouvait s’afficher publiquement avec sa maîtresse dans la société new-yorkaise, Bishop fait construire en 1905 un pavillon de chasse en bordure du lac pour vivre son amour interdit. C’est ainsi que les amants passent leurs étés à Témiscouata-sur-le-Lac, loin des regards, jusqu’en 1910.Auberge-marie-blanc-1
Puis, ce qui devait arriver arriva : l’affaire fut ébruitée et Bishop dut choisir entre l’amour et l’argent, puisque le divorce menaçait sa fortune. L’histoire veut que le riche avocat ait choisi l’argent, abandonnant Marie Blanc non sans lui avoir donné le Gray Lodge. Celle-ci, qui ne s’est jamais mariée, revenait y passer ses étés avec sa dame de compagnie et son jardinier, dans une sorte de pèlerinage pour pleurer l’amour perdu. Du moins, c’est ainsi que la formule l’écrivain Jacques Folch-Ribas, qui a écrit en 1994 le roman Marie Blanc (Éditions Robert Laffont), une fiction inspirée de cette histoire. Si on ne sait pas avec précision où s’arrête la fiction et où commence la réalité, on sait que Mme Charlier légua, à son décès en 1946, le Gray Lodge à la Congrégation des Filles de Jésus avec qui elle avait tissé des liens. Les religieuses le revendirent aussitôt à un homme de Québec qui en fit la résidence d’été de sa famille jusqu’en 1959. En 1960, les frères Sirois en firent l’acquisition… et le reste de l’histoire est connu!
Auberge-marie-blanc-6

Une ambiance unique

Il va sans dire que l’histoire d’amour de Marie Blanc ajoute à l’ambiance romantique de l’auberge. Le pavillon d’accueil est entouré de verdure et de fleurs. Dès qu’on y pénètre, impossible de manquer l’immense foyer de pierre qui trône au centre de la pièce principale, séparant le hall d’entrée de la salle à manger au plafond de bois et créant une ambiance intime, paisible et chaleureuse. Si on choisit de manger en terrasse, celle-ci offre une vue imprenable sur le grand lac Témiscouata. En soirée, quand la lumière tombe, de petits lampions sur les tables créent une ambiance charmante qui aurait sans doute beaucoup plu à Marie Blanc!Auberge-marie-blanc-10Auberge-marie-blanc-11

Un menu à saveur régionale

Aux fourneaux de l’Auberge Marie Blanc officie aujourd’hui la chef Pauline Beaulieu, qui propose une cuisine qui évolue au fil de la saison tout en restant fortement influencée par les saveurs de la région du Témiscouata.

Dès l’apéro, on peut opter pour une boisson du Domaine Acer, situé à Auclair, qui vinifie l’eau d’érable. Les boissons du Domaine Acer sont aussi utilisées en cuisine, par exemple, pour flamber les ris de veau pour lesquels l’Auberge Marie Blanc est d’ailleurs réputée. Les viandes et les légumes viennent de producteurs locaux, qui sont identifiés dans le menu. Côté fromages, on met à l’honneur ceux de la Fromagerie Le Détour, située tout près à Témiscouata-sur-le-Lac. Avec le dessert, on vous propose aussi une délicieuse infusion artisanale de Viv-Herbes, une entreprise locale d’Auclair. On peut d’ailleurs en faire provision à la petite boutique de l’auberge, où d’autres produits d’artisans locaux sont aussi en vente.Auberge-marie-blanc-7
Le menu du déjeuner est fruité et coloré. Il vous faudra trancher entre différents plats baptisés en clins d’œil à l’histoire de l’auberge : « le petit-déjeuner de Marie Blanc » , « la suggestion de la Dame de compagnie », « le préféré de M. Bishop » et « le régal du jardinier ».
Auberge-marie-blanc-3
Auberge-marie-blanc-2
L’auberge-restaurant Marie Blanc est ouverte de façon saisonnière, de mai à septembre. Les chambres (régulières ou dotées d’une cuisinette) ne sont pas situées dans le pavillon d’accueil, mais quelques mètres plus bas, au niveau du lac. Au réveil, on peut siroter doucement un café sur une des chaises Adirondack installées directement face au lac.
Auberge-marie-blanc-9

Aux alentours, les activités ne manquent pas : sentiers de randonnée, pistes cyclables et sports nautiques sont autant de façons de profiter des grands espaces de la région tout en s’ouvrant l’appétit pour les bons repas qui vous attendent à l’Auberge Marie Blanc!


À savoir

* Terroir et Saveurs du Québec est un marque déposée.


© Capsule vidéo:
Montage: Diane Drapeau
Crédit photos et images vidéo: Julie Aubé
Crédit musique: Alexis Demers, ÉcouteVoir Productions
Animation logo: Jonathan Desbiens, EIG8T Film

Partager.

À propos de l'auteur

Julie Aubé

Tout l'été, j’enchaîne les escapades pour le plaisir de voyager gourmandement au Québec. Les savoureux récits que je fais de mes visites, rencontres et découvertes mettront l'eau à la bouche tout au long de la Saison. Ne manquez pas de les suivre et de vous en inspirer pour vos escapades au Québec cet été!

Laisser un commentaire

(requis)

(requis) (ne sera pas publié)