Auberge à visiter et revisiter Comme au premier jour

0

Acheter un vieux presbytère, le rénover, ouvrir une auberge avec table du terroir… et remporter cet été le Grand Prix du tourisme québécois dans la catégorie « Gîte »; c’est ce qu’ont réalisé Doris Parent et Jean Santerre de l’Auberge Comme au premier jour, à Saint-Pacôme, dans la région de Kamouraska. Rencontre avec les propriétaires de ce gîte aux multiples charmes.

Avant les premiers jours

Avant d’être aubergistes et restaurateurs, Jean et Doris étaient tous deux techniciens en radio-oncologie. « On traitait beaucoup de jeunes », explique Doris. « Des gens de notre âge gravement atteints, qu’on voyait chaque jour pendant six semaines. Parfois, on s’attache et on jase. Ils m’encourageaient à réaliser mes rêves, disant « regarde-moi, je ne peux plus ». Ça a été motivant à ne pas remettre nos projets à plus tard. »
comme-premier-jour-1
Le couple, qui avait en tête l’idée d’un gîte gourmand, s’est donc mis à travailler un plan d’affaires ainsi qu’à chercher une maison pour leur projet. Jean raconte qu’ils regardaient d’abord autour du Bic, jusqu’au jour où son père les a informés que le presbytère de Saint-Pacôme était en vente. « Je viens de Saint-Pacôme, et mon père habite encore le village. Quand on a su concernant le presbytère, on est venu le visiter. À l’époque, ça ne sentait pas bon comme aujourd’hui! », raconte-t-il en riant. En effet, le bâtiment n’était pratiquement pas entretenu depuis une vingtaine d’années, il y avait un travail monstre à faire pour le restaurer. Mais Jean et Doris ont vu son potentiel. Ils ont répondu à l’appel d’offres et… ont été les seuls à le faire, devenant du coup propriétaires en 2001. Mais avant d’être aubergistes et restaurateurs, ils ont d’abord dû être rénovateurs…
comme-premier-jour-2

De presbytère à gîte gourmand: un travail de moine

Rénover un bâtiment datant de 1868 ayant été mal entretenu fut tout un mandat. « Quand on a entrepris les travaux, on a compris pourquoi nous avions été les seuls intéressés », raconte Doris en riant. « Ça avait besoin de beaucoup d’amour ici! »
comme-premier-jour-3
En parallèle avec les rénovations, il a aussi fallu travailler le volet restauration. « Ici à Saint-Pacôme, c’était incontournable de développer une table, parce qu’il n’y a rien d’autre au village », explique Jean, qui faisait rire ses amis, au départ, quand il leur disait que c’est lui qui cuisinerait à l’auberge. « On a beaucoup travaillé, beaucoup appris. On s’est fait coacher par des professionnels. On a fait des stages au Québec et en France. J’ai entre autres fait des stages dans les cuisines de Jean Soulard au château Frontenac, et de Yvan Lebrun de L’Initiale ». Aujourd’hui, la table de l’Auberge Comme au premier jour met habilement les saveurs de la région au menu à travers un menu fort inspirant.

Oser s’éloigner du fleuve

Le couple de propriétaires raconte que certains touristes de passage dans la région sont réticents à s’éloigner du fleuve. Pourtant, il y a beaucoup à découvrir quand on ose faire quelques escapades dans les terres du Bas-Saint-Laurent. « Ici à Saint-Pacôme, on attire la clientèle avec autre chose que le fleuve: la table, la montagne, le calme, etc. » Et les clients sont fidèles: quand ils découvrent l’auberge, ils y reviennent religieusement. « Quant à nous, on aime voyager en parlant avec les gens qui voyagent chez nous! »


À SAVOIR


Terroir et Saveurs* du Québec est une marque déposée.

Partager.

À propos de l'auteur

Julie Aubé

Tout l'été, j’enchaîne les escapades pour le plaisir de voyager gourmandement au Québec. Les savoureux récits que je fais de mes visites, rencontres et découvertes mettront l'eau à la bouche tout au long de la Saison. Ne manquez pas de les suivre et de vous en inspirer pour vos escapades au Québec cet été!

Laisser un commentaire

(requis)

(requis) (ne sera pas publié)